Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Nature, Eau, Paysages

Flore exceptionnelle : 238 espèces végétales protégées à La Réunion

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 décembre 2017 (modifié le 19 février 2018)
Petit Tamarin des Hauts (Sophora denudata)  en grand format (nouvelle fenêtre)
Petit Tamarin des Hauts (Sophora denudata)
CBNM - Sonia Françoise

Le 3 décembre 2017 a été publié, au Journal Officiel de la République Française, l’arrêté ministériel du 27 octobre 2017 relatif à la liste des espèces végétales protégées dans le département de La Réunion. L’arrêté retient 238 espèces végétales pour lesquelles la mise en place de mesures de protection réglementaire et une surveillance accrue sont jugées nécessaires.
Ce texte permet à La Réunion de se doter d’un outil de protection à la hauteur de l’enjeu que représente sa flore exceptionnelle. Des plans d’actions opérationnels seront progressivement élaborés et mis en œuvre, le braconnage des espèces en danger sera plus facilement réprimé et leur conservation sera mieux prise en compte dans les aménagements.

Cet arrêté a été adopté après de nombreuses années de travail des scientifiques, de concertation par les services de l’État et d’échanges avec les gestionnaires d’espaces naturels. Cet arrêté a également fait l’objet d’une consultation du public. Il a enfin été communiqué aux aménageurs et à leurs bureaux d’études associés qui ont anticipé cette évolution depuis plusieurs années.

La méthode utilisée par le Conservatoire botanique national de Mascarin pour sélectionner les espèces protégées prend en compte une série de critères. Il s’agit de la menace d’extinction des espèces (liste rouge), du degré de rareté et de raréfaction de l’espèce et de son niveau d’endémicité (locale, régionale…).

Jusqu’à présent, la liste des espèces protégées pour le département de La Réunion était définie par l’arrêté du 6 février 1987, qui comptait 61 espèces. La connaissance de la flore sauvage ayant fortement progressé, le ministère en charge de l’environnement a souhaité mettre à jour cet arrêté en définissant une nouvelle liste basée sur les connaissances actuelles de la répartition et de l’état de conservation des espèces. À la suite d’un travail mené par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et par le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), la liste rouge de la flore de La Réunion a été établie en 2010. Cette liste rouge, qui estime le degré de menace de disparition de chaque espèce indigène*, a mis en évidence que sur 905 espèces végétales indigènes, 275 étaient menacées de disparition, soit près de 30 % de la flore indigène de l’île. Ce constat a également contribué à classer La Réunion au Patrimoine mondial par UNESCO en août 2010 sur le critère de grande richesse en biodiversité.

Glossaire :

* Espèces végétales indigènes : espèces présentes à La Réunion à la découverte de l’île. Elles proviennent d’un transport naturel par la mer, par le vent ou par les oiseaux.
* Espèces végétales endémiques : Espèces dont l’aire de répartition est limitée à une zone restreinte. L’endémicité peut être locale (limitée à La Réunion), ou s’étendre à un niveau régional (archipel des Mascareignes).

A propos de la photo :

Crédit photo : CBNM- Sonia Françoise
Sujet photo : Sophora denudata (nom latin). Le nom vernaculaire est Petit Tamarin des Hauts (à ne pas confondre avec le Tamarin des Hauts exploité pour son bois). Cette espèce peut être vue au volcan notamment. C’est un arbre, souvent de petite taille dans son aire de répartition actuelle qui est en altitude.