Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Nature, Eau, Paysages

Le gecko vert de Bourbon (Phelsuma borbonica)

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 7 janvier 2020

Le gecko vert de Bourbon, également dénommé lézard vert des hauts (Phelsuma borbonica), est un reptile indigène de l’île de La Réunion. Protégée par l’arrêté ministériel du 17 février 1989, cette espèce est classée comme étant « En danger d’extinction » (EN) par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Il est strictement interdit de détruire, capturer, enlever ou naturaliser cette espèce, qu’il s’agisse d’individus ou de pontes, vivants ou morts.

Le gecko vert de Bourbon a la particularité de nicher dans des structures artificielles, et en particulier dans les aires conçues pour accueillir le public en forêt. On retrouve des individus et des œufs au niveau des kiosques, des panneaux d’accueil, des barrières de sécurité… qui servent à la fois de refuges, mais aussi de site d’insolation et de reproduction. Ces structures artificielles sont donc particulièrement importantes pour cette espèce et leur gestion aura une incidence sur la conservation de ses populations. Les infrastructures pour l’accueil du public telles que les kiosques font l’objet d’une réfection partielle ou totale (en moyenne tous les dix ans). Ces réfections peuvent impacter cette espèce quand les infrastructures concernées sont situées dans son aire de répartition.

Rédigé par l’association Nature Océan Indien (NOI), le document « Procédure technique pour préserver les populations de Phelsuma borbonica situées dans des aménagements à La Réunion » s’inscrit dans une volonté de préservation des populations de Phelsuma borbonica habitant ces infrastructures.

Il s’agit d’une procédure technique opérationnelle à suivre en cas de travaux (rénovation, démolition…) sur des aménagements situés en milieu naturel et abritant des geckos verts de Bourbon.

Une procédure de dérogation au régime de protection stricte de cette espèce est également requise, avant la mise en œuvre de la procédure technique, dans le cas où les travaux sont inévitables (en présence d’individus).