Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Nature, Eau, Paysages

Les actions engagées / les étapes à venir

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 6 février 2013 (modifié le 6 janvier 2017)

Action n° 1

rnm-web-img-04-ARVARM_cle643881.jpg
rnm-web-img-04-ARVARM_cle643881.jpg
Crédit photo : ARVAM

La première action engagée a été la désignation du gestionnaire de la réserve (2007).

Cette procédure a débouché sur la création d’un Groupement d’Intérêt Public « Réserve Nationale Marine de La Réunion » (GIP RMNR). Plus d’information sur le site internet de la RNM : http://www.reservemarinereunion.fr/

Les principaux atouts du GIP RMNR sont :

  • un statut assurant la pérennité des participations financières de ses membres,
  • un partenariat fort entre l’Etat et les Collectivités locales,
  • une continuité avec le travail réalisé par l’Association Parc Marin.

Pour assurer cette continuité, une procédure de transfert des activités exercées par le Parc Marin vers le GIP RNMR a été réalisée. Ce transfert d’entité économique a permis d’assurer une continuité des actions engagées pendant 10 ans, notamment grâce à la reprise de l’ensemble des personnels et actifs de l’association qui est devenue effective au 1er janvier 2009.

Le dossier de candidature du GIP à la gestion de la Réserve fut présenté au Comité consultatif de la RNM le 19 décembre 2007. Ayant obtenu un avis favorable, la Convention, confiant la gestion de la Réserve Naturelle Marine de La Réunion au « GIP RNMR », a donc finalement été signée le 28 décembre 2007 sur base du cahier des charges des missions confiées au gestionnaire.

Action n° 2

La seconde action engagée a été la préparation de plusieurs arrêtés préfectoraux complémentaires relatifs à la pêche professionnelle, à la pêche de loisirs et aux activités nautiques dans la réserve marine (2007 et 2008).

4 arrêtés préfectoraux comportant des réglementations spécifiques au territoire de la Réserve Naturelle Nationale Marine ont ainsi été publiés.

Ces règlements ont par la suite fait l’objet de modifications.

Action n° 3

La troisième action engagée a été la mise en place des instances de gouvernance de la Réserve :

  • Le Comité Consultatif qui, comme le prévoit le Code de l’environnement (R 332-15 à 332-17) : « donne son avis sur le fonctionnement de la réserve, sur sa gestion et sur les conditions d’application des mesures prévues par la décision de classement. Il est consulté sur le projet de plan de gestion. Il peut demander au gestionnaire de la réserve naturelle la réalisation d’études scientifiques et recueillir tout avis en vue d’assurer la conservation, la protection et l’amélioration du milieu naturel de la réserve ».

    L’arrêté préfectoral du 23 mai 2007 a créé ce comité et en a établi la liste des membres.

    En 2011, des groupes de travail thématiques se sont réunis en vue de l’élaboration du plan de gestion fixant la stratégie de la réserve marine pour les 5 ans à venir.

    Lors de sa réunion du 9 novembre 2012, le comité consultatif a approuvé le plan de gestion présenté par le gestionnaire de la réserve marine.

    L’arrêté préfectoral du 23 mai 2007 a été modifié et la composition du comité consultatif fixée par l’arrêté n° 2012-1712 du 8 novembre 2012.

  • Le Conseil Scientifique (R 332-18), dont le rôle est « d’assister le gestionnaire de la réserve naturelle et le comité consultatif ».
  • Une « Commission Pêche Traditionnelle » a été instituée le 07 septembre 2007, suite aux instances de concertations mises en place dans le cadre de la préparation du décret de création de la Réserve Naturelle Marine. Cette commission est adossée au Comité Consultatif de la Réserve et a pour mandat :
    • la préparation des positions relatives aux pêches à caractère traditionnel qui seront portées à la connaissance du Comité Consultatif par le représentant commun à l’ensemble des collectifs concernés ;
    • la préparation des réglementations relatives à ces activités et l’évaluation de leur efficacité en vue de les faire éventuellement évoluer dans le cadre des plans de gestion de la Réserve (qui se succèderont tous les 5 ans).

Action n° 4

La quatrième action engagée a été la réalisation du logo de la Réserve Naturelle Marine. La troisième version de la plaquette de communication destinée au grand public a été réalisée et sa diffusion a débuté en 2009.

Depuis le 1er janvier 2008, la gestion de la Réserve Naturelle Nationale Marine de La Réunion a été confiée au groupement d’intérêt public « réserve nationale marine de La Réunion » (GIP RNMR). Le gestionnaire a compétence pour développer des outils de communication sur la réserve, qui prendront la suite de la plaquette de 2009.

Action n° 5

La cinquième action a consisté à matérialiser les limites de la réserve marine et informer sur les délimitations opérées.

La mise en place des équipements de la Réserve a débuté dès 2007. Elle a comporté deux grands volets, eux-mêmes divisés en plusieurs chantiers :

  1. La mise en place de la SIGNALETIQUE sur le littoral est décomposée en trois étapes :
    • Étude de définition
      État des lieux des usages et des accès à la RNM. Définition d’une stratégie pour la mise en place de la nouvelle signalétique.
    • Réalisation des visuels signalétiques
      Les visuels sont les éléments à inclure dans les panneaux. Ils sont composés d’éléments cartographiques, réglementaires ou de sensibilisation.
    • Réalisation et Pose de la signalétique
      La signalétique envisagée est composée de 120 panneaux en stratifié, fixés sur des structures en bois et implantés sur le littoral terrestre de la Réserve. Différents types de panneaux permettent d’adapter les informations à la nature des accès (plage, port, chemin) ou au message souhaitant être diffusé (réglementation ou sensibilisation).
  2. La mise en place du BALISAGE des différentes zones est décomposée en trois chantiers :
    • Balisage terrestre
      L’opération consistait à implanter 12 marques sur le littoral permettant de matérialiser les limites terrestres de la réserve. Ces délimitations sont de trois types :
      - la construction de 7 pieux en haut de plage ou de falaise,
      - la réalisation de 5 marques à la peinture sur des ouvrages existants.
    • Balisage maritime fixe
      L’opération consistait à implanter dans les lagons des marques permettant de matérialiser les limites des zones de protection intégrale (« sanctuaires ») et 3 points singuliers. Ces marques, au nombre de 14, sont réparties de l’Ermitage à l’Etang Salé.
      Du fait de la sensibilité du milieu récepteur, une étude d’impact a été menée afin de déterminer des mesures strictes permettant de minimiser l’impact des travaux sur les communautés benthiques du récif.
    • Balisage flottant
      L’opération consistait à matérialiser, par des balises flottantes réglementaires, les limites maritimes extérieures de la Réserve, ainsi que les zones de protection renforcée ou de protection intégrale.

Le rôle de la DEAL aujourd’hui

Une fois la réserve marine créée, ses instances composées et son gestionnaire désigné, la DEAL reste fortement impliquée dans le suivi de la réserve naturelle nationale.

L’État est membre du GIP RNMR, et participe activement aux conseils d’administration et à la vie du groupement : convention constitutive, convention de gestion, élaboration et suivi du statut du personnel, mise en œuvre des programmes d’action et des budgets annuels…

L’État, à l’origine de la création de la réserve marine, veille à son bon fonctionnement (réunion des instances, instruction des autorisations) et à l’efficacité de la gestion mise en place.

La DEAL rend compte au ministère de l’écologie de l’ensemble de ces points.


Télécharger :