Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Nature, Eau, Paysages

Une stratégie de lutte contre les espèces invasives à La Réunion

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 février 2013 (modifié le 8 février 2013)
Lutte contre la vigne marrone par l'ONF
Lutte contre la vigne marrone par l’ONF
crédit photo : ONF

Dès novembre 2008, une démarche collégiale pilotée par la DIREN ( puis ensuite le Service eau et Biodiversité de la DEAL), le Parc national de La Réunion et le Conseil régional, a été lancée visant à l’élaboration d’une stratégie régionale de lutte contre les invasives regroupant tous les partenaires locaux (administrations et établissements publiques, collectivités, associations naturalistes, groupements socioprofessionnels,…). En mai 2010, cette stratégie a été validée par le Comité Scientifique Régional pour le Patrimoine Naturel (CSRPN).

La « Stratégie de lutte contre les Espèces Invasives à La Réunion » se décline en 4 axes :

  • Axe 1 : prévenir les introductions nuisibles, intentionnelles ou non, de nouvelles espèces exotiques envahissantes ;
  • Axe 2 : lutter activement contre les espèces exotiques qui s’établissent (détection précoce et éradication rapide) et/ou qui se répandent (éradication, confinement et contrôle) ;
  • Axe 3 : sensibiliser, communiquer, éduquer et former (faciliter l’échange d’information) sur les espèces exotiques envahissantes, à différents niveaux ;
  • Axe 4 : gouverner et animer la stratégie.

Afin d’assurer sa mise en œuvre, cette stratégie a été déclinée dans un Programme Opérationnel de Lutte contre les Invasives (POLI) constituée de 15 actions pilotées par diverses structures (DEAL, DAAF, PNRun, ONF, CG974, CR974, SREPEN, CBNM, CPIE, Université, CIRAD) en collaboration avec tous les partenaires locaux. Ces actions peuvent être regroupées pour partie en trois catégories :

  • des actions de type organisationnel
  • des actions de type réglementaire et technique
  • des actions de type réseau

Par ailleurs, un programme de sensibilisation-communication, mais aussi d’éducation et de formation est indispensable à mettre en œuvre. Ces aspects qui constituent le cœur de l’axe 3 de la stratégie font l’objet de trois actions spécifiques.

Il va en effet de soit que sans le soutien des décideurs, des socio-professionnels et du grand public, allant de paire avec une réelle prise de conscience de toute la population réunionnaise vis-à-vis de cette problématique, la lutte isolée de quelques acteurs risquerait fort de s’avérer insuffisante.

Documents :