Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Energie, Air et Climat

Publication de la programmation pluriannuelle de l’énergie de La Réunion 2016-2023

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 décembre 2016 (modifié le 12 décembre 2017)

  I – Objet de la programmation pluriannuelle de l’énergie

Cadre réglementaire
La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) constitue le volet opérationnel « Énergie » du schéma régional climat air énergie de La Réunion (SRCAE), adopté en décembre 2013 en application des lois Grenelle de 2010 et 2012.
Elle est instituée par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, promulguée en août 2015.

Calendrier d’élaboration de la PPE
Si, de par la loi, la PPE est co-élaborée par l’État et la Région, les travaux d’élaboration se sont déroulés à La Réunion sous l’égide de la gouvernance énergie de La Réunion, qui rassemble l’État, les collectivités, EDF, le SIDELEC, l’Ademe et les acteurs du domaine de l’Énergie.

Les étapes de cette élaboration :

  • Comités techniques, comité de rédaction : de février 2015 à avril 2015 ;
  • Comité Stratégique de Pilotage : 6 mai 2015 ;
  • Ateliers thématiques en mai 2015 ;
  • Rédaction du projet de PPE : mai et juin 2015 ;
  • Présentation aux conseils consultatifs CESER et CCEE en juin 2015 ;
  • Assemblée plénière du conseil régional pour arrêter le projet de PPE et son évaluation environnementale : 30 juin 2015 ;
  • Avis de l’Autorité Environnementale : 4 novembre 2015 ;
  • Mémoire en réponse à l’Autorité Environnementale : 3 décembre 2015 ;
  • Compléments relatifs à l’impact économique et social : de janvier à juillet 2016 ;
  • Consultations obligatoires (conseil national de la transition écologique, conseil supérieur de l’énergie, comité d’experts pour la transition énergétique) : du 12 au 14 septembre 2016 ;
  • Mise à disposition du public : du 12 septembre au 12 octobre 2016 ;
  • Assemblée plénière du conseil régional pour valider le projet de PPE et sa déclaration environnementale : 19 décembre 2016 ;
  • Publication du décret n° 2017-530 du 12 avril 2017 relatif à la programmation pluriannuelle de l’énergie de La Réunion.

  II – Dossier publié

Le dossier se compose de 7 documents :

  III – Synthèse de la programmation pluriannuelle de l’énergie

La PPE précise les objectifs de politique énergétique, sur l’ensemble des usages (électricité, transport, chaleur et froid), hiérarchise ses enjeux, identifie les risques et difficultés associés et permet ainsi d’orienter les travaux pour les années à venir pour la gestion de l’ensemble des énergies. Elle porte sur la période 2016-2023, avec une révision en 2018.

La PPE donne un cadre pour la mise en œuvre de la transition énergétique à La Réunion :

  • les autorisations d’exploiter les centrales de production, comme la future turbine à combustion de Saint-Pierre (TAC Sud), devront être compatibles avec la PPE ;
  • la PPE fixe le seuil de déconnexion des énergies renouvelables (ENR) intermittentes, solaire photovoltaïque et éolien principalement, fixé aujourd’hui à 30 %. En cherchant à augmenter ce seuil et à l’optimiser pour le territoire de La Réunion, la PPE vise à améliorer l’insertion des ENR intermittentes ;
  • le conseil régional peut demander au ministre chargé de l’énergie d’organiser des appels d’offres régionaux si les objectifs de développement des filières ENR fixés par la PPE ne sont pas atteints ;
  • les exploitants produisant plus du tiers de la production électrique régionale doivent présenter un plan stratégique de leurs investissements ;
  • la PPE fixe des objectifs de déploiement des flottes des véhicules propres.

III.1 – La situation énergétique de la Réunion

À La Réunion, l’indépendance énergétique est un enjeu stratégique majeur. En effet, l’île est une zone non interconnectée (ZNI) au réseau continental d’électricité et est contrainte d’importer massivement des ressources fossiles.

Schématiquement, les usages énergétiques se répartissent entre 3/5 pour le transport, 1/4 pour l’électricité, 7,5% pour la chaleur et quelques autres usages.

À La Réunion, ces usages dépendent à 86 % des importations de produits énergétiques.

Le défi consiste à agir, à la fois :

  • sur la consommation, en maîtrisant la demande d’énergie (MDE) ;
  • sur les modes de production, en augmentant la part des énergies renouvelables ;
  • sur l’évolution des modes de déplacement, pour favoriser l’efficacité énergétique du système de transport et limiter le recours aux énergies fossiles.

Développement des énergies renouvelables
Pour la production électrique, les acteurs économiques et politiques de La Réunion démontrent leur dynamisme et leur capacité à se mobiliser : la part des ENR varie autour de 35 % dans le mix électrique.

 

III.2 – Scénarios d’évolution de la consommation électrique

Plusieurs scénarios d’évolution de la consommation électrique ont été élaborés dans le cadre de la PPE, en se fondant sur les bilans de l’observatoire énergétique de La Réunion et le bilan prévisionnel pluriannuel (BP) d’EDF. Sont retenus un scénario de référence (« scénario PPE ») et un scénario « au fil de l’eau ».
Le scénario PPE est basé sur des objectifs significatifs de maîtrise de la demande d’énergie jusqu’en 2018 et renforcés de 2018 à 2023, et des objectifs de développement des énergies renouvelables ambitieux.

III.3 – Objectifs de maîtrise de la demande d’énergie électrique

Les thématiques et les projets suivants ont été identifiés pour contribuer à l’amélioration de l’efficacité énergétique et à la baisse de la consommation d’électricité :

Ce programme d’actions MDE permettraient d’éviter la production d’environ 360 GWhélec, chaque année à partir de 2023.

III.4 – Développement des énergies renouvelables

Les principaux projets identifiés par la PPE de développement des énergies renouvelables à l’horizon 2020 sont :

  • l’adaptation des moyens de production pour la combustion de pellets et d’autres combustibles renouvelables ou de récupération dans les centrales thermiques du Gol et de Bois Rouge ;
  • les projets de production photovoltaïques avec stockage, dans le cadre d’appels d’offres régionaux permis par la publication de la PPE ;
  • la modernisation et extension du parc éolien.

III.5 – Sécurité énergétique – production à partir d’énergies fossiles

Le développement de moyens de production de pointe et de secours, afin d’assurer la sécurité d’approvisionnement du système électrique, s’avère encore indispensable à ce jour.
La PPE prévoit l’implantation d’un moyen de pointe, type turbine à combustion, dans le sud, à l’horizon 2018. Cette turbine à combustion devra fonctionner à partir de 80 % d’énergie renouvelable (sur la base d’un fonctionnement de 800 heures par an).

Insertion des ENR intermittentes :
Le développement des ENR intermittentes fait peser des risques importants sur le système électrique réunionnais. En effet, l’intermittence du PV conduit à diminuer l’inertie du système électrique.

Le seuil de déconnexion des ENR intermittentes (principalement photovoltaïque et éolien sans stockage) est actuellement de 30 % de la puissance produite instantanée injectée dans le réseau. Il évoluera progressivement pour atteindre 35 % en 2018. Le gestionnaire du système électrique réalisera les études système nécessaires, en collaboration avec l’État et le conseil régional, pour définir les solutions les moins coûteuses pour la collectivité, pour améliorer le seuil de déconnexion avec l’ambition de viser 45 % à l’échéance de 2023.

III-6 – Transport

La PPE prévoit des objectifs ambitieux pour l’évolution des modes de déplacement. Ces objectifs sont basés sur le schéma régional des infrastructures et des transports (SRIT) de la Réunion de 2014 :

  • augmentation significative de la part des transports en commun, de 6 % aujourd’hui à 8 % en 2018 et 11 % en 2023 ;
  • baisse de la consommation des énergies fossiles du secteur des transports terrestres, de 4 % en 2018 et 10 % en 2023 par rapport aux consommations de 2014.

Pour atteindre ces objectifs, la PPE prévoit l’amélioration de l’offre des transports collectifs, le développement des modes doux et du transport par câble, l’amélioration de la logistique urbaine et la promotion de la mobilité électrique adaptée.

En effet, la mobilité électrique peut sembler une pratique pertinente pour un territoire comme la Réunion, où la majorité des déplacements quotidiens sont inférieurs à 100 km. Mais l’énergie électrique du réseau est à l’heure actuelle encore trop carbonée, chère à produire et fortement subventionnée. Aussi, le modèle économique proposé dans le cadre de la PPE consiste à alimenter les véhicules électriques préférentiellement par des ombrières photovoltaïques avec batteries. Les objectifs de déploiement sont les suivants :

Enfin, la PPE fixe les dates d’application des obligations d’acquisition de véhicules propres, en cas de renouvellement des flottes de véhicules publics, au 1er janvier 2016 pour les véhicules légers et au 1er janvier 2020 pour les poids lourds.

  Conclusions

Les objectifs de maîtrise de la demande d’énergie, de déploiement des énergies renouvelables permettront d’améliorer significativement le taux d’indépendance énergétique de la Réunion :

La PPE prévoit que le taux d’indépendance énergétique passe de 16 à 27 %, ou, en ne considérant que l’usage électricité, de 38 à 72 %.


Télécharger :